Jean-Guy Rens, Auteur

Humeur 19 – Affaire Huawei, le Canada perd à tout coup

Quand des agents de la GRC passent les menottes à la vice-présidente Finance de Huawei Technologies, madame Meng Wanzhou, le samedi 1er décembre 2018 à l’aéroport de Vancouver, ils ouvrent une crise internationale maladroite et contraire aux intérêts du Canada. La maladresse est celle du Premier ministre Justin Trudeau qui a tout de suite déclaré qu’il avait été prévenu « quelques jours à l’avance » de l’arrestation, mais n’avait rien fait pour l’entraver. Normalement, un État soucieux de ses intérêts aurait discrètement prévenu les autorités chinoises de la menace qui pesait sur une de ses ressortissantes. Pendant « quelques jours » le sort des relations entre le Canada et la Chine ont été entre les mains d’un homme. Il a eu tout le temps de réfléchir. Mais il n’a rien fait.

Meng Wanzhou, vice-présidente Finance de Huawei arrive au tribunal (12 décembre 2018)

Mme Meng Wanzhou, vice-présidente Finance de Huawei arrive au tribunal (12 décembre 2018)

Aujourd’hui, les relations du Canada et de la Chine sont au plus bas, deux ressortissants canadiens ont été arrêtés par les autorités chinoises, sans doute en relation avec l’affaire Meng Wanzhou, les négociations sur l’accord commercial entre le Canada et la Chine sont gelées et le gouvernement de ce dernier pays parle de « conséquences sérieuses » pour Ottawa. Le Canada répond avec force que le traité d’extradition avec les États-Unis lui faisait obligation d’arrêter toute personne poursuivie par la justice américaine, que c’était donc une affaire purement judiciaire et non politique. Pourtant il y a ces « quelques jours » où le destin de madame Meng Wanzhou a reposé dans les mains du Premier ministre Trudeau et où il n’a rien fait. Cette inaction est en soi un geste ouvertement hostile dans une querelle entre les États-Unis et la Chine où le Canada n’a rien à gagner en prenant partie.

Que reprochent les États-Unis à Huawei Technologies? Essentiellement, d’avoir fait des affaires en Iran alors que ce pays était frappé par un embargo américain. Que les États-Unis mettent l’Iran sous embargo est parfaitement justifié. Après tout, c’est ce pays qui a pris en otage 56 diplomates américains au mépris de toutes les conventions internationales à l’époque de la révolution islamiste de 1979. Les dirigeants iraniens ont multiplié les provocations outrancières à l’égard des États-Unis. Il était normal que ce pays subisse les foudres de la première puissance mondiale. Mais en quoi la Chine devrait-elle se plieur aux oukases de Washington? En vertu d’une interprétation de plus en plus utilisée aux États-Unis qui veut qu’une loi par définition nationale s’applique hors des frontières pour quiconque y contrevient.

Quand le Canada rejetait les prétentions à l’extraterritorialité des lois américaines

La première fois que le Canada a été confronté à cette prétention extraterritoriale du droit américain a été en 1996 à l’occasion de la loi Helms-Burton (officiellement Cuban Liberty and Democratic Solidarity Act) qui interdisait à toute personne ou entreprise dans le monde de « trafiquer » avec des organismes cubains ayant bénéficié des biens américains nationalisés par Fidel Castro. En réponse à la loi Helms-Burton, le Canada a immédiatement modifié sa propre loi sur les mesures extraterritoriales étrangères pour affirmer que « les jugements rendus en vertu de la loi des États-Unis intitulée Cuban Liberty and Democratic Solidarity ne sont ni reconnus ni exécutoires au Canada. » Elle permet en outre aux ressortissants canadiens condamnés aux États-Unis en vertu de la Loi Helms- Burton de poursuivre le demandeur au Canada en recouvrement des sommes qu’ils auraient payées aux États-Unis. La position du Canada alors était ferme et digne. Il est vrai que c’était Jean Chrétien qui était Premier ministre en 1996.

Faiblesse des accusations d’espionnage

À la lumière de cet éclairage historique, comment soutenir que l’arrestation de madame Meng Wanzhou est purement judiciaire et non politique? Les États-Unis poursuivent une politique nébuleuse en Iran qui les a poussés en 2015 à conclure avec un accord international sur le nucléaire et la levée des sanctions qui touchaient ce pays, puis à dénoncer ce même accord en 2018. N’est-ce pas une raison politique qui a motivé les États-Unis dans les deux cas? Or, il faudrait que tous les pays vivent à l’heure des vicissitudes de l’agenda politique américain en prenant la position du moment pour une immuable « règle de droit »? La Chine qui avait contresigné l’accord de 2015 a condamné le retrait de 2018 au même titre d’ailleurs que toutes les autres parties concernées (Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne). Rien de plus politique que cette sombre affaire iranienne et, encore une fois, s’il est évident que les États-Unis ont de bonnes raisons d’en vouloir à l’Iran, le reste du monde n’a pas à suivre ses errements à ce sujet.

Les États-Unis sont tellement conscients du caractère politique, au sens partisan du terme, de leur querelle avec l’Iran, qu’ils ont assorti la demande d’extradition de madame Meng Wanzhou de toute une série d’autres accusations dont une au moins est totalement étrangère à la question iranienne. Huawei Technologies aurait espionné l’entreprise de téléphonie cellulaire T-Mobile et dérobé des secrets relatifs à son robot surnommé Tappy. Il s’agit d’un équipement plutôt ordinaire qui sert à tester les téléphones intelligents avant de les commercialiser. La querelle entre Huawei et T-Mobile date de plusieurs années et était devant les tribunaux sans avoir attiré l’attention de quiconque, tant les poursuites entre géants de haute technologie sont multiples. Souvenons-nous de la façon dont Blackberry avait été harcelée pendant des années par une firme d’avocats américains qui prétendait avoir des droits sur la messagerie électronique. Au demeurant, T-Mobile est la filiale de Deutsche Telekom et il est plutôt inusité pour les États-Unis de prendre à cœur les intérêts d’une compagnie étrangère et, en particulier, allemande.

Huawei est le leader technologique de la 5G

Alors pourquoi cette animosité américaine à l’égard de madame Meng Wanzhou? La femme d’affaires est la fille du fondateur de Huawei Technologies et c’est bien l’entreprise qui est visée. En effet, Huawei est la plus grande entreprise de fabrication d’équipement de télécommunications au monde. Ses revenus qui avoisinent les 100 milliards de dollars É-U par an représentent le double de ceux du numéro deux, Cisco Systems. Pour une entreprise créée il y a une trentaine d’années, c’est un succès spectaculaire qui écrase les autres réalisations chinoises, quel que soit le secteur considéré.

La clé du succès de Huawei est l’investissement massif dans la R-D. Près de 14 milliards de dollars en 2017, ce qui représente environ 14% des revenus. Ce ratio devrait être porté à 20-30% au cours des prochaines années. À titre de comparaison, Nokia et Ericsson investissent 15,7% de leurs revenus dans la R-D, Cisco 12,8%, Apple, seulement 8,2%… Or, ces chiffres stagnent quand ils ne baissent pas. Mais ce n’est pas tout.

La qualité de la R-D de Huawei n’est pas la même que celle de ses concurrents. Au cœur de la stratégie de Huawei se trouve un pari sur la recherche fondamentale. Environ 10% de l’enveloppe budgétaire allouée à la R-D est consacrée à la science pure. Tous ses concurrents misent sur la recherche appliquée quand ils ne délaissent pas en bloc la recherche. Quand ils veulent se doter d’une technologie innovante, ils achètent des licences, voire des entreprises, plutôt que d’investir en R-D.

L’immense effort de Huawei commence à porter ses fruits puisque cette entreprise a mis au point avant tous ses concurrents une offre de télécommunications sans fil 5G. Il ne s’agit pas d’un simple accroissement de la vitesse de transmission par rapport au 4G, mais d’un saut qualitatif qui supprime presque entièrement le temps de réponse des appareils connectés, en offrant une latence de l’ordre d’une milliseconde, contre 10 ms dans les réseaux actuels. À un tel degré de réactivité, ce ne sont plus les êtres humains qui sont visés, mais les machines et, en particulier l’Internet des objets. Il devient possible d’actionner un objet distant en quasi-temps réel.

Précisément, la 5G permet l’ultra-connectivité, c’est-à-dire la mise en ligne simultanée de jusqu’à un million d’appareils par kilomètre carrés, que ce soit à l’air libre ou dans les édifices. Bref, la 5G est au cœur du monde de demain. Pour la première fois, ce n’est pas une compagnie américaine qui est à la tête de la rupture technologique, mais une compagnie étrangère et, qui plus est, chinoise. L’ennemi absolu. Impossible d’accuser Huawei d’avoir copié les plans de la 5G sur des compagnies américaines – aucune compagnie américaine n’est sur les rangs – seuls Ericsson et Nokia concurrencent Huawei, mais elles ont deux ans de retard.

Incohérence de la politique américaine

Mauvais joueur s’il en est, les États-Unis attaquent Huawei au sujet du refus de la Chine de se plier à sa politique volatile sur l’Iran et d’avoir espionné un soi-disant robot appartenant à une compagnie allemande qui ne fait presqu’aucune R-D, en tout cas pas de recherche fondamentale. De la même façon, le département américain du Commerce imposait en 2017 des droits de douane de 300% sur les avions de la C-Series de Bombardier accusée par Boeing d’avoir reçu des subventions gouvernementales canadiennes. L’accusation n’a pas été retenue par la Commission du commerce international des États-Unis, mais le mal était fait et Bombardier a dû céder la C-Series à Airbus. On pourrait multiplier les exemples où les États-Unis ont cherché à obtenir par la voie judiciaire ce qu’ils avaient échoué à obtenir par d’autres moyens.

L’affaire Huawei est typique d’un pays gangrené par la loi du profit immédiat qui est en train de voir sa recherche scientifique compromise. Ce qui est nouveau, c’est qu’un individu soit pris en otage par le gouvernement américain et se voit menacé d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 30 ans ou plus si les peines sont considérées comme cumulatives, pour des gestes qui auraient dû se régler à une table de négociation. En se faisant complice de cette mauvaise action, le gouvernement canadien a fait preuve d’un manque de jugement politique flagrant dont sont aussi victimes les deux Canadiens emprisonnés en Chine pour une affaire qui ne les concerne en rien. Le pire dans cette affaire est que le gouvernement américain, divisé en plusieurs tendances contradictoires, nage en plein chaos, et que le Canada ne peut espérer aucune reconnaissance, encore moins une contrepartie, pour sa mauvaise action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + = onze