Humeur 20 – Le mort numéro 4 713

Mardi 2 juin 2020, le coronavirus avait fait 4 713 morts au Québec. Le numéro 4 713 était le sociologue Jean Noiseux, fondateur de la firme Sondagem qui fit les beaux jours de l’industrie du sondage alternatif dans les années 1990.

Mardi 2 juin 2020, le coronavirus avait fait 4 713 morts au Québec. Le numéro 4 713 était le sociologue Jean Noiseux, fondateur de la firme Sondagem qui fit les beaux jours de l’industrie du sondage alternatif dans les années 1990. En effet, Jean n’a jamais voulu faire carrière au sens commercial du terme. Il était devenu l’enquêteur attitré du Parti québécois et du Bloc québécois ainsi qu’un collaborateur régulier du quotidien LE DEVOIR. Sa raison de vivre a toujours été la cause de l’indépendance du Québec. Il a été de toutes les batailles comme analyste plutôt que militant. Il estimait que la Cause avait plus besoin d’intelligence que de fanatisme.

Comme président de Sondagem, sa porte était toujours ouverte aux gens qui avaient une idée nouvelle à faire triompher. Si l’innovation était suffisamment séduisante, il oubliait parfois de facturer surtout si l’affaire avait un lien quelconque avec la cause. D’une façon générale, le manque de moyens analytiques du mouvement indépendantiste le navrait. Voilà pourquoi, en 1992, il répondit avec enthousiasme à l’appel de Pierre-Alain Cotnoir pour fonder le Groupe de recherche sur l’opinion publique (GROP). Il s’agissait de lancer un programme de recherches ayant pour but de modéliser l’opinion publique sur la question constitutionnelle. Le GROP existe toujours.

Cette recherche sur le comportement électoral le conduisit à segmenter la population en fonction du statut socio-culturel des individus et non plus seulement selon leur statut économique. Grâce à cette approche basée sur les travaux de Daniel Katz et Robert L. Kahn, il parvient à calculer avec ses amis du GROP la répartition des électeurs « discrets » à la veille du référendum de 1995 : environ 75% de ceux-ci s’apprêtaient à voter NON et seulement 25% OUI. Inutile de dire que ces résultats déplurent profondément au gouvernement du Parti québécois avec qui les relations ne furent jamais faciles.

Jamais en panne d’une bonne idée, Jean Noiseux avait engagé des intermittents du monde du spectacle pour faire les appels téléphoniques. Il estimait que pour effectuer ce qu’on appelle en jargon de métier le « terrain », il fallait une élocution parfaite. C’est ainsi qu’il hantait les salles de répétition de l’École nationale de théâtre en quête d’étudiants soucieux d’arrondir leurs fins de mois. Le central téléphonique de Sondagem était rempli de comédiens et de comédiennes qui déclamaient de bien curieuses tirades à l’intention des clientèles de l’entreprise.

En 1998, une chirurgie ratée laissa Jean Noiseux paralysé. Loin de se lamenter ou de poursuivre son chirurgien maladroit, il se remit aux études doctorales et milita dans les associations de personnes handicapées. Ses camarades de travail et de combat, Pierre Drouilly, Jean-Herman Guay et Pierre-Alain Cotnoir travaillent à nouveau pour le Parti québécois et, régulièrement, ils le consultent au sujet de sondages dont le terrain a été fait par Léger Marketing ou SOM.

Il avait transformé sa chambre de malade chronique au Centre d’hébergement Paul-Émile Léger en bureau hyperconnecté. Ne pouvant se servir de ses mains, il se tient au courant du dernier cri de ce qu’offre les logiciels de reconnaissance vocale : après avoir un temps utilisé IBM, il s’était fixé sur Dragon naturally Speaking. Il pouvait écrire ses avis ou ses recherches avec la même dextérité qu’une personne en pleine possession de ses moyens.

Quand le COVID pénétra dans le Centre Paul-Émile Léger, il étudia le phénomène avec sa curiosité habituelle. Les deux premières personnes frappées étaient un couple : l’homme mourut en quelques heures et la femme se laissa partir pour ne pas rester seule. « Nous avons eu notre Roméo et Juliette », s’écria-t-il. Mais le mythe était contagieux et bientôt le nombre de malades se mit à monter : six, vingt-quatre, quarante-six… Chaque fois que le nombre atteignait un certain seuil, les responsables du centre transformaient un étage ou une aile en zone rouge.

Normalement, dans un pays qui se tient debout, on sépare les personnes contaminées au COVID-19 des résidents, on les transfère dans un édifice isolé. Pas au Québec, En tout cas, pas au Centre Paul-Émile Léger. Vous savez, c’est ce Centre où la climatisation est réservée aux étages où travaille l’administration. Aux étages supérieurs, les résidents ont reçu le droit de louer leur propre équipement à condition de passer par un intermédiaire agréé par le Centre et de payer de leur poche.

Le 27 mai dernier, Montréal a connu la journée la plus chaude de son histoire, le mercure grimpant à 36,6 degrés Celsius. Dans le Centre Paul-Émile Léger divisé en dérisoires zones rouges et vertes, les résidents affaiblis étaient à la merci du premier préposé contaminé. Jean Noiseux qui n’était pas sorti de sa chambre depuis plus de deux mois fut ainsi atteint.

Je m’insurgeai et lui enjoignis de poursuivre en justice la direction du Centre, le CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, le ministère de la Santé… Il rejeta cette colère et me déclara avec son habituelle sérénité : « J’ai finalement eu une vie richement remplie, j’ai fait ce qui me plaisait, maintenant il faut apprendre à partir. » Ce sont les derniers mots qu’il me soufflait samedi dernier au téléphone d’une voix qui était déjà un murmure haletant.

Pour le monde de statistiques, il était le 4 713ème Québécois à partir. Dans la vraie vie, nous savons bien qu’il n’en est rien. Le matricule 4 713 est au contraire l’homme qui avait passé sa vie à gratter les valeurs socio-culturelles derrière les chiffres pour identifier les variables favorables à la souveraineté du Québec. Même quand le Parti québécois vacillait, il n’a jamais lâché. C’est un Juste qui nous a quitté.

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like

Humeur 10 – «Tazmamart, Cellule 10» par Ahmed Markouzi, paru aux éditions Paris-Méditerranée, 2000-(2009-05-11)

Eh bien, non ! On croyait tout savoir du Maroc et de l’état de non-droit qui a prévalu durant le règne du roi Hassan II. Il n’en est rien. Il faut lire le livre du sous-lieutenant Ahmed Marzouki pour avoir une première idée de ce qui est arrivé durant les années terribles – après les deux coups d’État militaires de juillet 1971 et d’août 1972.

Humeur 12 – La démocratie égyptienne est morte (19 août 2013)

Votre éditorial « La démocratie égyptienne est morte » est une analyse pertinente de l’évolution de la société égyptienne, à une exception près. Quand vous écrivez que « Morsi et les Frères musulmans » ont été « interdits, réprimés, torturés, sinon exécutés pendant 60 ans de dictature militaire »

Humeur 13 – Quand Florence Gauthier manie l’insulte raciale… (21 décembre 2013)

Dans « L’aristocratie de l’épiderme » Florence Gauthier retrace le combat de la Société des Citoyens de Couleurs pour l’abolition de l’esclavage et se concentre sur l’opposition entre Julien Raymond, chef de fils des métis en France, et Moreau de Saint-Méry, théoricien des esclavagistes des Antilles. Comme il se doit, Julien Raymond est présenté comme un héros sans reproche et Médric de Saint-Méry comme un penseur dévoyé.

Humeur 17 – Le bilan peu reluisant du nucléaire français

Cet ouvrage fait le bilan sécuritaire du nucléaire français – et le tableau qu’il présente n’est pas reluisant. Depuis ses débuts, l’industrie nucléaire en France a connu toutes sortes d’incidents et d’accidents qui, dans plusieurs cas, ont frôlé à la catastrophe, mais qui ont, dans tous les cas, été étouffés avec maestria.