Humeur 18 – Québec – Catalogne, ou l’art de se tirer dans le pied

Tous les indépendantistes québécois prennent fait et cause pour l’indépendance de la Catalogne, à tel point que l’on a parfois l’impression qu’ils vivent ce débat par procuration. Cette identification au premier degré est dangereuse pour le Québec.

Tous les indépendantistes québécois prennent fait et cause pour l’indépendance de la Catalogne, à tel point que l’on a parfois l’impression qu’ils vivent ce débat par procuration. Cette identification au premier degré est dangereuse pour le Québec. En effet, advenant une troisième ronde référendaire sur les rives du Saint-Laurent et une victoire du OUI, le nouvel État se retrouverait devant la nécessité de voir son indépendance reconnue et il est admis dans les cercles indépendantistes que le premier pays à le faire serait la France. Le lien historique et l’origine commune rendent cette hypothèse crédible. Si la France ne reconnaissait pas le Québec, qui le ferait?

Le risque de la France

Or, la France joue gros en Catalogne. Une fois la Catalogne indépendante, elle exercerait une influence considérable sur la Catalogne française – le Roussillon composé de Perpignan et son arrière-pays. Cette influence se fait déjà sentir dans les milieux intellectuels, les noms des rues ont été bilinguisés à Perpignan, lors des dernières élections législatives, la force politique régionaliste « Oui au Pays Catalan » a recueilli entre 3,5 et 4% des suffrages. Pour l’heure, les revendications tournent autour d’un statut d’autonomie, mais advenant l’indépendance de la Catalogne espagnole, il est probable que la dynamique ainsi créée aurait des répercussions au nord de la frontière franco-espagnole.

La France a déjà forte affaire avec la Corse qui a souvent été déchirée par des mouvements violents et qui doit accéder à un nouveau statut d’autonomie le 1er janvier 2018. À cette date, sera instituée une collectivité unique dite de Corse qui fusionnera la collectivité territoriale actuelle et les conseils départementaux de Haute-Corse et de Corse-du-Sud. La future collectivité de Corse est plus ou moins bien acceptée par les nationalistes dans la mesure où ils y voient une étape sur la route vers l’indépendance. La France ne voudrait pas voir se reproduire un scénario comparable dans le Roussillon avec un danger additionnel – le rattachement de la région avec un nouvel État de Catalogne.

Le chaos européen

Si la France est concernée directement par l’indépendance de la Catalogne, les autres pays européens suivent avec non moins d’inquiétude le processus entamé par la Généralité de Catalogne. La Grande-Bretagne vit sous la menace d’un deuxième référendum déclenché par le Parti national écossais actuellement au pouvoir à Édimbourg, l’Italie a ses propres indépendantistes réunis dans la Ligue du Nord, la Belgique est remise en question par le mouvement flamand, pour l’heure divisé entre extrémistes du Vlaams Belang et nationalistes démocrates de la Nieuw-Vlaamse Alliantie. Aucun pays européen ne voudrait voir triompher en Catalogne un nationalisme linguistique et régionaliste par crainte de l’effet d’entrainement.

Le morcellement de l’Europe en fonction des frontières linguistiques ou régionaliste entrainerait le chaos à très court terme. Que ferait-on de la Suisse qui a trois langues officielles : faudrait-il faire éclater ce pays entre une Suisse romande, une Suisse alémanique et une Suisse italienne? Sans compter que les vallées de langue romanche du canton des Grisons seraient en droit de réclamer leur propre statut – la langue romanche est après tout la langue parlée la plus proche du latin, ce qui justifie bien qu’on lui aménage un espace national distinct…

Il est impensable de dynamiter tous les pays européens en fonction des communautés qui les composent. Voilà pourquoi, le mouvement catalan ne soulève aucune sympathie dans le reste de l’Europe. En cas de proclamation unilatérale d’indépendance de Barcelone, aucun pays ne reconnaîtra le nouvel État qui demeurera une anomalie juridique, au même titre que Taïwan, la Palestine ou le Kosovo – encore ces pays bénéficient-ils de l’appui de « parrains » puissants. Impossible dans ces conditions pour la Catalogne de prétendre à un siège aux Nations unies et dans les organismes internationaux spécialisés.

La faute stratégique des indépendantistes québécois

Ce contexte semble échapper aux indépendantistes québécois. En associant leur cause aux aléas de l’indépendance catalane, ils se coupent de tout appui en Europe et d’abord en France. Leur réaction épidermique – indépendance de la Catalogne = indépendance du Québec – menace de leur aliéner le capital de sympathie des pays dont eux-mêmes auront à solliciter l’appui advenant leur accession à l’indépendance. L’appui de la France et la neutralité des autres pays européens sont vitaux pour l’indépendance du Québec.

En fait, les événements en cours en Catalogne ont déjà porté un coup dur à la souveraineté du Québec. N’en doutons pas, le parallèle entre le danger de la résurgence des nationalismes régionaux européens et l’indépendance du Québec a été établi dans les lieux de pouvoir. En ajoutant leurs manifestations bruyantes de solidarité à ce qui n’était qu’un rapprochement théorique, les indépendantistes québécois font en sorte que l’Europe sache bien que le Québec libre est associé à leur pire ennemi.

Cet amateurisme géopolitique est d’autant plus malvenu qu’il n’existe pas grand-chose qui rapproche le nationalisme catalan du nationalisme québécois. La Catalogne fait partie de l’Espagne au même titre que toutes les autres provinces espagnoles – à la suite d’arrangements dynastiques complexes et maintes fois modifiés. La prise de Barcelone en 1714 par les forces franco-espagnoles dont les Catalans ont fait leur fête « nationale » (Diada Nacional de Catalunya) ne marque pas l’occupation d’une Catalogne libre par un oppresseur étranger, mais la conclusion d’une querelle entre la maison des Bourbons d’Espagne et celle des Habsbourg d’Autriche.

Rien à voir avec la Conquête de la Nouvelle-France par la Grande-Bretagne qui marque la soumission brutale d’un peuple par un autre peuple. Du jour au lendemain, toutes les relations administratives, militaires, commerciales et autres ont été coupées entre le Canada et la France. Du jour au lendemain, toutes les positions de pouvoir ont été accaparées par les nouveaux maîtres. La sagesse voudrait que les indépendantistes québécois distinguent leur idéal de la politique taciturne menée par la Généralité de Catalogne.

Il règne à Barcelone une opiniâtreté et un fanatisme froid qui n’a rien à voir avec l’ouverture qui a toujours présidé au nationalisme québécois sous René Lévesque et ses successeurs. Le Québec a toujours traité sa minorité anglo-canadienne avec la plus grande courtoisie et respecté ses institutions traditionnelles (commissions scolaires, universités, hôpitaux, etc.). Au plus fort des deux campagnes référendaires, il ne venait à l’idée de personne de traiter les fédéralistes de « fascistes ». C’est à cet héritage historique et démocratique que doivent se référer les leaders indépendantistes au lieu de se mettre à la remorque d’une cause étrangère, sans légitimité historique et animée par un extrémisme fermé sur le reste du monde.


0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

You May Also Like

Humeur 13 – Quand Florence Gauthier manie l’insulte raciale… (21 décembre 2013)

Dans « L’aristocratie de l’épiderme » Florence Gauthier retrace le combat de la Société des Citoyens de Couleurs pour l’abolition de l’esclavage et se concentre sur l’opposition entre Julien Raymond, chef de fils des métis en France, et Moreau de Saint-Méry, théoricien des esclavagistes des Antilles. Comme il se doit, Julien Raymond est présenté comme un héros sans reproche et Médric de Saint-Méry comme un penseur dévoyé.

Humeur 12 – La démocratie égyptienne est morte (19 août 2013)

Votre éditorial « La démocratie égyptienne est morte » est une analyse pertinente de l’évolution de la société égyptienne, à une exception près. Quand vous écrivez que « Morsi et les Frères musulmans » ont été « interdits, réprimés, torturés, sinon exécutés pendant 60 ans de dictature militaire »

Humeur 20 – Le mort numéro 4 713

Mardi 2 juin 2020, le coronavirus avait fait 4 713 morts au Québec. Le numéro 4 713 était le sociologue Jean Noiseux, fondateur de la firme Sondagem qui fit les beaux jours de l’industrie du sondage alternatif dans les années 1990.

Humeur 15 – Apprendre à lire la catastrophe (10 mars 2014)

Enfin, un philosophe qui parle de choses sérieuses et qui sait de quoi il parle. Jean-Pierre Dupuy est à la fois philosophe et scientifique (il a étudié à l’École Polytechnique), renouant ainsi avec la tradition classique du philosophe-mathématicien-naturaliste que le XVIIIe siècle a tellement mis à mal, inaugurant l’âge des pensées flottantes sans attaches au monde réel.

Humeur 16 – Les incendiaires européens

Le 21 mars dernier, l’Union européenne annonce qu’elle a conclu avec l’Ukraine l’accord d’association que le président Viktor Ianoukovytch avait refusé de signer en novembre dernier. En fait, ce que l’UE a conclu est uniquement le volet politique de cet accord à vocation économique – ce que l’on désigne par la métaphore pudique de « version actualisée du programme d’association »